Festival de Cannes, jour 2 : glamour toujours !

Hier au Festival de Cannes, la compétition a été lancée avec les projections de Wonderstruck, réalisé par l’Américain Todd Haynes, et Nelyubov (Faute d’amour en VF), du Russe Andreï Zviaguintsev.

 

 

Durant cette deuxième journée, on a entendu quelques participants grogner à cause des mesures de sécurité qui allongeaient sérieusement les files d’attente devant le Palais.

On a évidemment eu vent de la « polémique Netflix ». La projection d’Okja, long-métrage distribué par le géant du streaming, a été fortement perturbée.

Sifflets, problèmes techniques et boycott de la Fédération nationale des cinémas français ont escorté l’œuvre du Sud-Coréen Bong Joon Ho.

Le coup de pression a porté ses fruits. L’an prochain, les organisateurs du FIF ont modifié leur règlement. Pour être retenu dans la sélection officielle, un film devra absolument sortir en salle, et pas uniquement sur une plateforme numérique.

Adriana, Petra, Emily…

Que l’on se rassure : il en faudrait (beaucoup) plus pour faire perdre à Cannes sa légèreté printanière. En robes de créateur, impeccablement apprêtées et gracieuses, quatre égéries de renom ont chassé la grisaille sur la Croisette.

Le célèbre « ange » de Victoria’s Secret, Adriana Lima, a fait sensation avec sa robe blanche à la longue traîne, juste avant la projection de Nelyubov. 

 

 

La Brésilienne n’était pas la seule étoile à briller sur le red carpet. Dans son sillage, les photographes n’ont pas perdu une miette du passage de la sculpturale Emily Ratajkowski, arrivée dans une combinaison en dentelle signée Peter Dundas.

 

A noter également la montée des marches très remarquée de la Tchèque Petra Nemcova, qui avait opté pour un décolleté… plongeant.

La révélation Jaden Michael, la perfection Robin Wright

« Et le monde du cinéma dans tout ça ? », nous direz-vous. Pas de crainte : il y avait évidemment des acteurs et des actrices de sortie hier.

On a notamment vu Julianne Moore (à l’affiche de Wonderstruck) alterner entre des tenues signées Sonia Rykiel et Chanel Couture.

 

 

Mention spéciale également pour le jeune Jaden Michael. Egalement membre du casting de Wonderstruck, il a parfaitement compris le jeu du photocall !

 

 

Le jour de la présentation de son court-métrage, The dark of night, Robin Wright, l’héroïne de la série House of cards, a pour sa part misé sur une robe-nuisette en satin et une parure Cartier. Mais, comme vous pouvez l’imaginer, c’est un autre détail qui a finalement retenu l’attention des observateurs.

 

Aujourd’hui à Cannes…

Au menu de ce troisième jour du Festival, la présentation officielle du « fameux » Okja, le documentaire Visages, villages, co-réalisé par Agnès Varda et JR (hors compétition) ou encore L’amant d’un jour, film en noir et blanc de Philippe Garrel (Quinzaine des réalisateurs).