Le Palais fait son festival

A Cannes, le spectacle vivant sous toutes ses formes est chez lui. Feux de la rampe.

Quatre lieux, le grand Auditorium Lumière, le Théâtre Debussy, le Théâtre de la Licorne et le Théâtre Croisette. 38 spectacles où théâtre, danse, concerts, opéra et autres arts scéniques tirent leur épingle du jeu. Sous la bannière du Palais des Festivals, la nouvelle édition de « Sortir à Cannes » fait des étincelles. Du pur « entertainment » pour une saison tout feu tout flamme, où têtes d’affiche et grands succès des scènes parisiennes viennent faire le bonheur du public.

Entre boulevard et classiques
Sur ce registre, plusieurs productions attendues, des Palmes de Monsieur Schutz, en lever de rideau des réjouissances (le 3 octobre), à Nina, avec Mathilde Seigner et François Berléand (le 24 avril). Dans l’intervalle, encore et toujours du beau monde, où l’on croise (entre autres) Marthe Villalonga et Jean Piat dans Ensemble et séparément (le 30 novembre), Françoise Fabian et Rachida Brakni dans Sonate d’Automne (le 31 janvier), ou toute la troupe des comédiens emmenés par Julie Depardieu et Michel Fau dans une relecture décapante du Misanthrope (le 20 mars).

Julien -� Yann Orhan

Tous en scène
Un casting 5 étoiles où se produit notamment le meilleur de la nouvelle chanson française. L’affiche musicale de « Sortir à Cannes » fait dans le haut de gamme. Authentique talent, Julien Doré, loin de l’émission Nouvelle Star qui l’a lancé, passe par le Palais le 4 octobre. Etienne Daho, légende vivante de la french pop, lui emboîte le pas, le 14 novembre. Arthur H, autre pointure de la scène hexagonale, est au Théâtre Croisette le 7 mars. Et le 25 avril, final en beauté avec Nolwenn Leroy. Rayon opéra, La flute enchantée de Mozart module ses divins accords le 9 novembre.

Ballet Alonzo King Meredith with Men Writing Ground ∏ Margo Moritz_10.24.13

Coups de cœur !
Choix purement subjectifs, la rédaction vous conseille 2 spectacles à ne pas rater. Magicien du film d’animation, Michel Ocelot adapte pour les sortilèges de la scène une de ses réalisations, Princes et Princesses. Ombres chinoises et halo de merveilleux tissent la trame d’un enchantement à vue (le 18 octobre au Théâtre Croisette). Alonzo King, lui, est un orfèvre en éblouissements chorégraphiques. Sa compagnie fait escale au Palais des Festivals pour y présenter 2 ballets (le 3 décembre).

Princes et Princesses

www.palaisdesfestivals.com