Chopard, artisan des récompenses du Festival de Cannes

Symbole immuable du Festival de Cannes, la Palme d’Or, qui récompense chaque année le meilleur film de la compétition officielle, a été réinventée en 1998 par Caroline Scheufele, co-présidente et directrice artistique de Chopard. Synonymes de glamour, le Festival de Cannes et la Maison Chopard ne se sont plus jamais quittés, renforçant leur indéfectible lien au fil des palmarès. Cette année, outre la Palme d’Or consacrant le meilleur long-métrage et la mini Palme d’Or couronnant le meilleur court-métrage – toutes deux réalisées en or éthique certifié Fairmined – les ateliers de la Maison fabriqueront des cristaux de roche gravés d’une palme pour tous les autres prix.

En 1997, alors que le festival fête son cinquantième anniversaire, Caroline Scheufele rencontre Pierre Viot, directeur du Festival de Cannes, qui lui propose de relooker la Palme pour l’année suivante. L’histoire d’amour entre la célèbre Maison et le plus grand festival du monde peut commencer. Enchantée à l’idée de réinterpréter le prestigieux trophée, Caroline Scheufele s’attèle à la tâche en y mettant tout son cœur et toute sa créativité, reprenant le motif de la palme, en référence aux palmiers de la Croisette et aux armoiries de la ville, la palme figurant sur son blason évoquant la fameuse légende de Saint-Honorat. Une palme fière et victorieuse, symbole du palmier sur lequel se hissa Saint-Honorat, moine fondateur de l’abbaye de Lérins, pour ne pas être emporté par les flots alors que la mer, à l’appel de sa prière, balayait l’île des serpents qui l’infestaient.

Une Palme unique

Laissant libre cours à sa sensibilité romantique, inspirée par l’esprit de luxe, de glamour et de volupté de la Riviera française, Caroline Scheufele imagine une nouvelle Palme allégée, dynamique, précieuse et pour tout dire, « amoureuse », avec sa tige formant à la base un petit cœur, emblème favori de Chopard, l’Artisan des émotions. Elle dessine dix-neuf folioles battant gracilement au vent, comme caressées par une brise marine. Ce véritable bijou composé de 118 grammes d’or jaune éthique certifié Fairmined, 18 carats, repose majestueusement sur un coussin de cristal de roche de la forme d’un diamant taille émeraude. Les impuretés qui habitent la matière naturelle de la gemme rendant chaque cristal de roche unique, il n’y jamais deux Palmes d’Or identiques au monde. Pas moins de 40 heures de travail sont nécessaires à cinq Artisans de la Maison pour réaliser à la main avec une infinie délicatesse, la récompense la plus convoitée de tous les festivals, Graal pour tous les cinéastes du monde entier, et désormais symbole pérenne de l’engagement de Chopard vers un luxe durable.

Cette année encore, les ateliers de la Maison Chopard réalisent l’ensemble des trophées remis lors de l’incontournable cérémonie de clôture, toujours intense en émotions : en plus de la Palme d’Or et d’une mini Palme récompensant le prix du meilleur court-métrage, des cristaux de roche gravés d’une palme ayant chacun leurs propres caractéristiques et singularité, seront remis aux récipiendaires des Prix d’interprétation féminine et masculine, du « Grand Prix », du « Prix de la Mise en Scène », du « Prix du scénario », et du « Prix du Jury ». Quand l’esthétique rejoint l’éthique et l’unique.